Isis Rhabillée

Voilà un topo sur la théosophie forcément incomplet, subjectif, plein d’allusions et d’élusions mais topo néanmoins.

Le terme lui-même, théosophie est piqué à un boys-band néoplatonicien du IIIe siècle dont la doctrine affirme que chaque religion comporte une part de vérité. Le syncrétisme, voilà l’autoroute vers Dieu, on réconcilie tout le monde, on brasse de l’analogie et du symbole, on compare la taille des membres de Zeus et Shiva en espérant les trouver égaux pour ne pas faire de jaloux. Au pire, si la macédoine fonctionne mal, on demande directement à Dieu ce qu’il en pense. Introspection sera le mode d’ordre en dernier recours si les carrés ne sont pas rentrés correctement dans les ronds.

Les théosophes ont un certain succès, on les juge pas méchants pour un sou, propres sur eux et même boute en train. Ceux de la deuxième génération voudront d’ailleurs tirer sur l’élastique pour s’inventer une filiation sans solution de continuité, mais Giordano Bruno serait fort surpris, je pense, d’apprendre qu’il était théosophe.

Les choses se gâtent en 1875, soit bien plus tard, lorsqu’une certaine H P Blavatsky, échappée du spiritisme, fonde avec son pote Olcott sa société secrète personnelle, une société dite « d’investigations spiritualistes ». L’initiatique pailleté est alors très à la mode. Des alexandriens, elle récupère le syncrétisme, mais l’adapte à la sauce curry. Mélange d’hindouisme, de bouddhisme et de quelques idées glanées par-ci par-là, la théosophie prétend atteindre « un corps de vérité » commun à toutes les religions, ce que Blavatsky and co appellent « la Tradition Primordiale ». Des différentes doctrines, ils tireront la « quintessence ».

Fonder son club, rencontrer des gens sympas, faire des adeptes, tout ça donne la pêche à Blavatsky. Désormais, elle se balade en astral, discute avec les gouvernants secrets, dégotte un manuscrit fort rare et insubmersible, le Livre de Dzyan dont on dit qu’il résiste à l’eau et au feu, de temps en temps elle livre la vérité au monde en signant un pavé. Son œuvre majeure, Isis Dévoilée, comporte 1200 pages.

Pour commencer, notre auteur saute à pieds joints dans l’Eden, c’était mieux aaavant, en ces temps où les hommes étaient plus près de Dieu, les arbres en chocolat, le cannabis en vente libre et XXL sans abonnement. Et puis le sale matérialisme gluant a déboulé, il a tout sali le beau jardin et suggéré à Isis de se rhabiller. Désormais, les hommes ne pensent plus qu’à leur ego.

Or, comme tout le monde le sait, est égoïste celui qui ne pense pas à moi, autant dire que c’est inadmissible pour quelqu’un qui veut imposer sa vision du monde.

Heureusement Super Initié viendra bientôt nous délivrer. Chez les Théosophes, on attend (encore) la venue du Seigneur Maitraya, notre futur « instructeur mondial ». De noyeuse professionnelle de poissons à coup de secrets mystérieux, de filiations improbables, d’essence transcendantale et d’harmonie spirituelle, Blavatsky se fait désormais prophète.

Je vous passe la théorie sur les civilisations qui font trois petits tours et puis s’en vont, puisque la théosophie s’est appliquée à en être une illustration vivante : Dans les années 20, à l’apogée de sa gloire, la doctrine pique du nez puis explose.

De la boîte noire, après le crash, on retire les noms des schismatiques : Rudolf Steiner qui s’en va fonder l’anthroposophie, Alice Bailey L’école d’Arcane, Nicolas Roerich L’Agni Yoga, etc. Sur les décombres poussera également le new age dont on sent bien qu’il aimerait étendre ses racines plus profond dans l’humus, mais on a l’engrais qu’on peut.

Y pousseront aussi d’autres choses. Quelques années plus tard la tristement célèbre Société Thulé avoue des filiations, notamment cette sympathique croix à branches tordues qui fait si joli sur les brassards.

Que Blavatsky soit si bavarde, voilà qui serait simplement ennuyeux, l’ouvrage Isis Dévoilée étant aussi spirituelle que l’Almanach Vermot, si dès ses débuts et malgré un blason faisant cohabiter l’étoile de David, l’Ouroboros et quelques autres, la Théosophie n’était pas ouvertement raciste :

La Doctrine Secrète écrite par Héléna Pétrovna Blavatsky (la ‘bible’ des théosophes) explique en effet que les différentes races humaines que l’on trouve sur terre correspondraient à différents degrés d’évolution, et selon elle, la race noire serait bien sûr la plus inférieure, c’est-à-dire celle qui serait la plus proche de l’animalité et de l’inconscience. La théosophie ayant conquis ses lettres de noblesse dans l’Angleterre du XIXe siècle, à l’époque de l’apogée de son empire colonial, on devine les raisons qui lui ont assuré un tel succès. La race blanche, évidemment, était placée au sommet de cette hiérarchie imaginaire et le citoyen britannique pouvait à son gré se considérer comme son plus digne représentant.” [1]

Selon cette brave dame, certains individus seraient les derniers descendants de la race lémurienne, donc encore proches du règne animal. C’est le cas par exemple des aborigènes d’Australie. Par ailleurs :

Les Sémites, et spécialement les Arabes, sont des Aryens plus récents – dégénérés au point de vue spirituel et perfectionnés au point de vue matériel. À cette catégorie appartiennent tous les Juifs et les Arabes.” (La doctrine Secrète, HP Blavatsky)

Les adeptes s’appliquent à répéter que “meuh non, elle a pas voulu dire ça” ou dégainent le toujours savoureux “c’est sorti de son contexte”. En ce qui me concerne, je dois être un peu simpliste, mais j’ai tendance à prendre en considération les phrases que j’ai sous les yeux.

Je vous rassure, de nos jours la Société théosophique a, paraît-il pris ses distances avec ses cousins crispés du bras droit. Comme dans la scientologie ou chez les raëliens, on vous promet que vous serez plus performant, plus grand, plus fort & que la cotisation annuelle participera aux développements de vos pouvoirs psychiques.

D’ailleurs, chez les théosophes, on croit dur comme fer au progrès; la réincarnation a des allures de passage dans la classe supérieure, toujours plus haut, toujours plus aryen (j’ai dit aryen? Meuh non, j’ai pas dit aryen). A contrario de la conception de l’indien qui considère son futur retour comme aussi agréable qu’une visite chez le dentiste, le théosophe se réjouit de revenir. J’espère juste que les futures incarnations de Blavatsky, Steiner et autres ordures seront à la hauteur de leurs espérances.

Melmothia 2007

[2] Citation extraite du site Preventsectes.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *