La Croix de la Golden Dawn – Troisième partie : Les éléments de la Croix – suite

22Petals02IV. Les Lettres hébraïques

Le cœur de la rose présente les 22 lettres de l’alphabet hébreu disposées sur trois cercles. Cette répartition suit la division exposée dans le Sefer Yetsirah entre « lettres mères », «lettres doubles » et « lettres simples ».

Les 3 Lettres Mères

Dans le Sefer Yetsirah, on peut lire : « Avec l’alef ont été formés : l’air, l’atmosphère, la demi-saison, la poitrine et la règle de l’équilibre (fléau). Avec le mem ont été formés l’eau, la terre, l’hiver, le ventre et le plateau du démérite. Avec le chin ont été formés le feu, le ciel ». Ces trois lettres mères Aleph, Mem et Shin, correspondant aux trois Éléments Air, Eau, Feu, sont écrites de la couleur complémentaire des fonds, jaune, bleu, rouge :

eso_Lamen314

En s’appuyant sur le célèbre passage du Zohar décrivant la création du monde par le biais de la lettre Beth, G.H. Frater P.C.A 8=3 commente :

« Nous comprenons, en lisant la légende de la naissance de l’alphabet hébreu, que la lettre Aleph est le commencement de toute pensée conçue et de toute pensée au-delà de la conception. La pensée précède l’ensemble des émotions et des actions. L’action est le but et la raison d’être de la pensée. La manifestation dans l’Univers physique est composée des trois lettres Aleph, Mem et Shin. Ces lettres correspondent respectivement aux trois éléments de l’air, de l’eau et du feu. Réunies, elles forment la Terre, l’ultime manifestation de la réalité physique. Parmi ces trois éléments, deux incarnent des forces opposées, le feu l’eau, et un troisième, l’air, joue le rôle de réconciliateur. La lettre Mem est associée à l’eau ; elle est considérée comme renvoyant à la spiritualité ou à la conscience. La lettre Shin représente le feu, symbolisant les trois flammes de la Divinité réunies, l’Esprit Saint. En hébreu, le terme désignant le Saint-Esprit est Ruach Élohim » [1].

MacGregor Mathers associera ces trois lettres Mères aux trois principes alchimiques, Soufre, Mercure et Sel.

Les 12 Lettres Simples

Les lettres disposées sur le cercle extérieur du cœur de la Croix sont les 12 simples énumérées par le Sefer Yetsirah, que ce traité associe aux signes du zodiaque dans l’ordre alphabétique. La Croix de la Golden Dawn reproduit ces associations, en partant du bélier, la lettre Hé, et en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Les couleurs utilisées pour ces 12 lettres Simples sont des nuances de l’arc-en-ciel, auxquelles est ajouté le bordeaux en guise d’ultra-violet.

eso_Lamen315

Signalons que ces associations se retrouvent dans la baguette de Lotus :

eso_Lamen317

Il faut savoir que le système des couleurs utilisé par la Golden Dawn se réfère aux 4 Mondes de la Kabbale, mais sans suivre pour autant les attributions traditionnelles qui sont par ailleurs très variables. En d’autres termes, les fondateurs de la Golden Dawn ont décidé de se baser sur 4 échelles de couleurs dénommées Échelle du Roi, Échelle de la Reine, Échelle du Chevalier (on rencontre parfois Échelle du Prince et chez A. Crowley, Échelle de l’Empereur), Échelle du Valet (également nommée Échelle de la Princesse ou de l’Impératrice).

Les Sephiroth étant considérées comme féminines, leurs couleurs seront celles de l’Échelle de la Reine (le monde de Briah). Les sentiers étant considérés comme masculins, leurs couleurs seront celles de l’Échelle du Roi (le monde d’Aziluth). Ces sentiers, au nombre de 32 correspondent aux lettres hébraïques additionnées aux Sephiroth, mais nous n’entrerons pas dans le détail des attributions ici, la Golden Dawn se démarquant une fois de plus quant à la position des sentiers traditionnelle. Pour en comprendre la logique, il faut passer par le Tarot.

Couleurs des Sephiroth selon l’échelle de Briah. Extrait de The Complete Golden Dawn system of magic, Israel Regardie, Falcon Press, 1984 :

eso_Lamen316

Les 7 Lettres Doubles

Sur le deuxième cercle, se trouvent les 7 lettres doubles que le Sefer Yetsirah associe aux planètes et aux jours de la semaine. Rappelons que ces attributions diffèrent selon les versions du traité. Or, quelque combinaison que l’on applique, l’ordre des lettres demeure problématique : il n’est pas celui de l’alphabet hébreu, ni celui du classement des planètes par grandeur, éloignement de la terre ou jours de la semaine. Israël Regardie justifie cet agencement en prétendant qu’il correspond à l’ordre d’exaltation des planètes, or une rapide vérification permet de constater que cette hypothèse est fausse. La clef de la disposition des lettres doubles se trouve en réalité dans l’un des manuscrits des Flying Rolls, signé de la main de Westcott :

« Les panneaux planétaires se trouvent dans un ordre spécial, qui n’est ni astronomique, ni astrologique. L’ordre commun de la succession des planètes est défini par leurs distances relatives à la terre ; en mettant cependant le Soleil à la place de la Terre dans la suite. Ce qui donne : Saturne, Jupiter, Mars, Soleil, Vénus, Mercure Lune. Saturne est la planète la plus éloignée de la Terre et la Terre se trouve entre Mars et Vénus. En commençant par la case de Saturne, l’ordre sur les murs du Tombeau est : Saturne, Jupiter, Mars, Soleil, Mercure, Vénus, Lune. Nous voyons qu’ici la place de Mercure et de celle de Vénus sont inversées.

Les planètes sont dans l’ordre des couleurs de l’arc en ciel, et colorées car le grade d’Adeptus Minor possède une affinité particulière avec les couleurs. Vous, Adeptes, êtes sur le chemin du Chaméléon – Hodos Chamelionis. Si, à présent, vous prenez les couleurs planétaires, les associez aux planètes et placez celles-ci dans l’ordre du spectre solaire, courbez l’ensemble pour obtenir un anneau, transformez cette chaîne en heptagramme, puis le faites tourner jusqu’à ce que les deux extrémités de la série soient à l’Est, vous avez alors la clef du mystère : Violet – Jupiter, Indigo – Saturne, Bleu – Lune, Vert – Vénus, Jaune – Mercure, Orange – Soleil, Rouge – Mars » [2].

Voilà résolu la question de l’ordre. Reste encore à comprendre quelle code préside à l’association des planètes aux lettres hébraïques. Sur ce dernier point, Westcott nous dit qu’il faut passer par la symbolique du Tarot. Pour commencer les lettres seront associées aux Arcanes selon leur ordre naturel, Aleph sera associée au Mat, Beth au Bateleur, etc. L’association des planètes s’effectuera ensuite selon une répartition intuitive basée sur le sens des Arcanes ; ainsi la carte Le Soleil sera simplement associée à la planète Soleil. La Papesse, lame féminine et secrète, à la Lune, etc.

eso_Lamen206

Ce qui donne en fin de compte :

eso_Lamen318

eso_Lamen319

Vénus : La porte

Dans la Croix, Vénus, représentée par la lettre Daleth, occupe une place particulière, juste sous la Rose centrale. La planète de l’amour s’associe ainsi à la lettre dont le symbolisme est la « porte ».

Vénus, la déesse de l’amour a toujours été une figure importante du symbolisme rosicrucien. On la retrouve notamment dans les Noces Chymiques, dans lesquelles Christian Rosencreutz rencontre Vénus Dévoilée dans son propre tombeau. C.R. décrit alors la lumière dans cette tombe de Vénus comme la plus précieuse création de la nature. La Rose elle-même est la fleur sacrée de Vénus dans l’antiquité, puis lors de l’avènement du christianisme, elle devient celle de la vierge Marie, parfois appelée « Rose Mystique » (Rosa mystica).

Durant la cérémonie d’accession au grade d’Adeptus Minor, la renaissance dans le Tombeau de l’Adepte est symbolisée par la porte dans le mur assigné à la planète Vénus. L’entrée et la sortie de la Tombe se font par cette unique porte. Dans le même rituel, un autre symbole vient en relayer la signification : la Croix d’Ankh, symbole égyptien de la vie, dont la forme rappelle le symbole de Vénus. Cette Croix d’Ankh – dont il est dit parfois qu’elle synthétise la Croix Hermétique dans son ensemble – se trouve être la clef qui ouvre le Tombeau.

eso_Lamen320

Le passage portant sur l’Arcane de l’Impératrice, par G.H. Soror Q.L. dans sa « Description non officielle des Arcanes du Tarot », apporte sur ce point un nouvel éclairage en rapprochant Vénus d’Isis :

« Elle [L’Impératrice] est un aspect d’Isis ; le versant créatif et positif de la Nature est suggéré ici. La trilogie égyptienne Isis, Hathor et Nephthys, symbolisée par la lune croissante, la pleine lune et la lune décroissante, est représentée dans le Tarot par la Papesse, Hathor. L’impératrice, Isis, accepte la lune croissante ou Vénus comme symbole. La Justice, Nephthys, est quant à elle, associée à la lune décroissante. Isis et Vénus rendent compte de l’Amour, tandis qu’Hathor se situe davantage du côté du Mysticisme, la pleine lune reflétant l’éclat du Soleil Tiphereth dans Yesod, les rayons suivant le sentier de Guimel. Dans l’interprétation pratique du Tarot, l’Impératrice est souvent interprétée comme l’Occultisme. La Papesse étant, elle, en charge de la Religion, l’Église en opposition à l’Ordre. L’Impératrice, dont la lettre est Daleth, est la porte des Mystères Intérieurs, tout comme Vénus est la porte du Tombeau » [3].

V. Les Pentagrammes et l’Hexagramme

Les Pentagrammes sont présents sur les 4 branches de la Croix, tandis qu’un Hexagramme unique est placé sous la rose centrale dans la partie blanche dédiée à la Sephirah Kether. La position des planètes autour cette figure réfère aux tracés des hexagrammes durant les rituels d’invocations et de bannissements. Mais nous n’entrerons pas dans le détail de ces considérations ici.

eso_Lamen321

« Le Pentagramme est le sceau du microcosme. C’est un saint et bénéfique symbole ; un symbole positif qui représente l’homme, les bras et les jambes étendus, adorant le Seigneur de l’univers. Il représente aussi le triomphe de la Haute Volonté de l’esprit dominant les Éléments ou, pour le formuler autrement : la domination de l’esprit sur la matière.

Lorsque le pentagramme pointe vers le bas, il est reconnu comme un symbole négatif, schématisant une tête de bouc ou de démon. Il symbolise alors la défaite de la raison devant les puissances aveugles de la matière. Notez qu’il ne s’agit pas des puissances inférieures de l’esprit, mais bien des forces grossières de la matière. Le Pentagramme inversé est également le symbole du triomphe de l’anarchie sur l’ordre […]. Le pentagramme pointe vers le haut représente la force de l’esprit et les 4 Éléments sous la puissance des 5 lettres du nom du Redempteur. L’Élément correspondant à l’Esprit, la lettre Shin, est intercalée entre l’élément masculin et féminin, formant le Pentagramme à partir du Tétragramme. Si l’on trace un cercle autour du Pentagramme, il représente alors les Chérubins et la Roue de l’Esprit. La dernière caractéristique du pentagramme est qu’il rend immense la puissance de la lettre Hé, l’aspect féminin, la lettre de la Mère Supernelle, Aima Élohim […].

Le symbole de l’hexagramme réfère directement à la Sephirah Tiphéreth. L’hexangle est une représentation parfaite des pouvoirs de l’hexade qui opèrent dans la nature. L’hexade effectue cela en dispersant les rayons des planètes et du zodiaque qui pénètrent grâce au soleil […]. Nous appelons l’hexagramme le Sceau du Macrocosme. Il est le signe du macrocosme, le grand univers. Les six angles représentent la période des six jours de la Création évoquée par la Genèse, dont la synthèse a lieu le septième jour, durant le repos Divin, ce qui est symbolisé par le centre de l’hexagone » [4] .

Les pentagrammes sont entourés des symboles des 4 vivants renvoyant aux 4 Éléments, auquel est ajouté le symbole de l’Éther ou Quintessence. Dans le Volume 1, numéro 3 de la revue Equinox, Aleister Crowley donne la première version de la Croix, présentant des symboles élémentaires autour des pentagrammes plutôt que les 4 Vivants et la Roue de l’Esprit :

eso_Lamen322

À noter que leur présence dans les quatre branches de la Croix signifie que les Éléments doivent être appréhendés différemment dans les 4 Mondes, comme c’était le cas des couleurs. Il faut donc sans doute considérer 4 fois 4 Éléments.

Le dos de la Croix

La première inscription, Magister Iesus Christus Deus et Homo, signifie : Le maître jésus Christ, Dieu et homme. La deuxième inscription, Benedictus Dominus Deus Noster Qui Dedit Nobis Signum, signifie : Béni soit le Seigneur notre Dieu qui nous a donné le Signe.

Ces inscriptions sont encadrées des symboles des 3 Principes alchimiques.

eso_Lamen323

Au pied de la Croix, l’indication (motto) signifie qu’à cet endroit doit être gravée la devise de l’Adepte.

Conclusion

L’étude que vous venez de lire, comme vous avez dû le noter, est loin de prétendre à l’exhaustivité – la nature syncrétiste du système rendant, de toute façon, toute velléité de ce type stérile. Par ailleurs, il est important de se souvenir que ces informations viennent d’une lecture « à froid » de symboles dont la vocation est d’être opératifs – inscrits dans des rituels et des initiations. Si ce constat n’ôte, je l’espère, aucune légitimité ou intérêt à cette recherche, il la décharge de l’ambition d’« élucider » quoi que ce soit. En d’autres termes : je ne prétends absolument pas avoir ici « résolu » la croix, encore moins si cela implique d’en éplucher les figures suivant une dialectique ridicule de type « ceci signifie cela ». Car, outre la nécessité du vécu subjectif et personnel, les symboles de l’occultisme ne prennent sens que dans le système où ils s’inscrivent. Et c’est précisément cette cohérence, la façon dont ces symboles tissent « du sens », que je me suis efforcée de mettre en évidence ici.

© Melmothia 2009

[1] « Three Mothers Letters », par G.H. Frater P.C.A 8=3, In Neophyte 0=0, publication de The Hermetic Order of the Golden Dawn, Intl.

[2] « The symbolism of the seven sides », C. H. Frater, N.O.M. (Westcott), Flying Rolls.

[3] « Unofficial description of the Tarot Trumps », G.H. Soror Q.L., The Complete Golden Dawn system of magic, Israel Regardie, Falcon Press, 1984.

[4] « Polygons and polygrams » par G.H. Frater P.C.A 8=3, In Theoricus 2=9, publication de The Hermetic Order of the Golden Dawn, Intl.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *