Les Cartes Ordinaires

eso_cartesordinaires01Le jeu ordinaire de 32 ou 54 cartes, est couramment utilisé en voyance depuis le XVème, c’est-à-dire environ un siècle après leur apparition en Europe (car non, les hommes préhistoriques ne tiraient pas les cartes et la belotte n’est pas une invention atlante).

A l’origine, elles sont peintes à la main comme de vrais tableaux et donc réservées à une élite, mais rapidement l’utilisation de pochoirs permet de les fabriquer en série. Les cartes se démocratisent et deviennent un jeu populaire. Au XVème siècle, l’imprimerie permettra leur production en grande quantité.

Leur nombre (54) et leur répartition en Roi, Dame, Valet, etc. se stabilisent très tôt. Par contre, les symboles des 4 séries varient selon les époques, les régions et les artisans. On rencontre ainsi des divisions en plantes, fleurs, objets, animaux… Et donc tout de suite, le célèbre Roi des Glands :

eso_cartesordinaires02

Quant aux enseignes françaises, trèfles, piques, cœurs et carreaux, elles dateraient du règne de Charles VII.

*

Oracle, ô désespoir…

A la différence des Tarots et de la plupart des oracles, les cartes ordinaires ne présentent aucune illustration évocatrice et sont très pauvres en symboles. Reformulé trivialement, on pourrait dire que les dessins sont plus proches du panneau ‘Interdit de stationner’ que d’une fresque de Michel Ange.

De là, les livres qui traitent de cartomancie préconisent d’apprendre par coeur les significations des cartes et leurs combinaisons, tout en vous prévenant que leur nombre est quasiment infini.

Voilà par exemple ce qu’un auteur au doux pseudonyme de Laila Shemesh («Nuit Soleil» en hébreu) nous en dit :

« Tirer les cartes nécessite une attention et une concentration continuelles: chaque carte du jeu a son importance en fonction même de la carte que l’on se propose d’interprêter (et dont le sens peut être modifié ou éclairci par une carte voisine) ; c’est pourquoi une interprétation qui ne tiendrait pas compte de toutes les cartes en présence risquerait de fausser la prédiction. De même, la mémoire est une autre qualité indispensable au cartomancien, qui doit connaître non seulement les multiples significations des cartes françaises, espagnoles et italiennes mais aussi celles des Tarots et doit posséder de surcroît toutes les séries de combinaisons possibles au sein d’un même jeu. » (1)

Présenté ainsi, le voyant est plus proche du super-calculateur que de la pythie de Delphes. Approche discutable alimentant la vieille opposition tout aussi discutable entre cartomancien et ‘vrai’ voyant. En ce qui me concerne, je laisserai ça aux auteurs qui, après vous avoir assommé de 200 pages de combinatoires à apprendre à par cœur concluent dans un soupir « on est voyant, ou on l’est pas », ou, dans le meilleur des cas, vous promettent qu’après avoir sué sang et eau des années durant, vous aurez peut-être un jour une intuition…

Or, s’il est vrai que ce support se prêtant mal à une voyance inspirée, il est indispensable de s’appuyer sur le sens conventionnel, aucun cartomancien ne travaille uniquement grâce à des combinatoires apprises par coeur. Les approches sont toujours mêlées, un peu de ci, un peu de ça, et les pistes fournies par les cartes vont permettre des ressentis qui les débordent largement.

Ce qui n’exclut pas que l’approche «laborieuse» puisse être payante. La voyance, comme tout art, a quelque chose d’une auberge espagnole, en s’investissant, on obtient des résultats.

Mais est-ce indispensable ? Non.

Est-ce pour autant qu’il faille s’endormir sur ses tables ? Non plus. Car, s’il n’est pas nécessaire de suer sang et eau pour avancer dans le domaine, je ne fournirai pas non plus le cocktail et le transat.

L’approche flemmarde participe de la même dynamique naïve, celle qui consiste à penser que la divination est soluble dans les mathématiques. Or, croire que l’on peut explorer l’avenir en lisant une sentence dans une table est comme prétendre apprendre à nager sans bouger de son fauteuil. Une p’tite voyance express, avec verdict pré-écrit, donne un résultat sans raccord avec la réalité.

La seule méthode efficace, en voyance comme en natation, est celle qui consiste à s’immerger et à bouger les bras. Au début, comme on peut, ensuite avec une certaine élégance.

Ce pour quoi la bouée est parfois plus un encombrement qu’une aide. Car s’il peut sembler plus simple d’opérer avec un jeu dont le sens est déjà dégrossi plutôt qu’avec des images nues, dans les faits, c’est exactement l’inverse. Travailler avec ce genre d’outil est plus difficile qu’avec un support symboliquement riche aux significations moins figées.

Et pour achever cette pauvre métaphore, rappelons qu’il y a une grosse différence entre s’aider d’une bouée pour nager et prétendre rester au sec.

Dans cette optique, je vous conseille de ne pas apprendre laborieusement le sens de toutes les cartes, donnez vous quelques repères et laissez l’intuition faire le reste. Et si vous êtes totalement néophyte dans le domaine, je vous suggérerais même de commencer avec support plus facile d’accès et surtout plus intuitif.

Personnellement, je préfère me servir du jeu de cartes ordinaire dans un second temps, une fois la situation dégrossie pour obtenir des confirmations ou des pistes supplémentaires. Parfois, mais plus rarement pour éclairer un tirage qui «coince».

*

Les significations

Les suites et les figures étant les seuls éléments sur lequels on peut greffer des contenus cohérents, elles vont être investies en priorité du point de vue du sens. Ainsi, les Coeurs signifieront, de façon très originale, les sentiments.

Pour les cartes non figuratives, il est plausible que le sens se soit fixé d’après la cuisine divinatoire des cartomanciens de différentes époques. A ma connaissance, personne ne tient compte de la symbolique des chiffres dans cet art divinatoire, mais je peux encore être surprise.

eso_cartesordinaires03 Coeurs (les Coupes du Tarot) Emotions, sentiments, liens de parenté, amitiés, amours.

eso_cartesordinaires04 Carreaux (les Bâtons du Tarot) Communication, déplacements, mouvement en général.

eso_cartesordinaires05 Piques (les Epées du Tarot) Pouvoir, action offensive, problèmes divers

eso_cartesordinaires06 Trêfles (les Deniers du Tarot) Argent, possessions, gains Les figures, reines, rois et valets auront naturellement tendance à représenter des personnes.

Les voyants utilisant les cartes ordinaires en divination ont tendance à écarter les ‘petites’ cartes (de Deux à Six) pour garder les 32 plus hautes, du Sept à l’As, mais il est bien sûr possible de conserver tout le paquet.

eso_cartesordinaires09

eso_cartesordinaires10

Il existe de multiples combinatoires détaillés dans les manuels, ce qu’on appelle les rencontres. Sans aller jusqu’à se transformer en calculatrice, certaines sont intéressantes à retenir :

Trois sept : grossesse

Quatre as : Réussite, prospérité

Beaucoup de figures : assemblée, monde

Beaucoup de valets : entourage de jeunes gens, d’enfants.

Quatre dames : ragots, rumeurs

Huit de carreau + huit de piques : examen médicaux, hospitalisation.

Dix de piques + neuf de piques : danger de mort

Melmothia 2007

(1) Comment prédire l’avenir avec les cartes, Laila Shemesh, De Vecchi 1975

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *