Le Salon du Déambulateur Alternatif 2006

Le Salon du Déambulateur Alternatif 2006

25 ans déjà… un peu plus même… voire davantage encore pour ceux qui vécurent la grande campagne punk de 1977 ! Les goths qui bénéficieront bientôt de la carte vermeille constituent un marché prometteur pour les fabricants d’auxiliaires de marche. Dans cette optique, se tenait ce week-end à Paris le premier salon du déambulateur alternatif. Parce que les vieux goths ont eux aussi le droit de s’éclater sur le dancefloor, les différents fabricants proposent maintenant une gamme de produits design et adaptées aux exigences de cette clientèle. Alliant à la fois sûreté et fonctionnalité sans renier l’aspect esthétique ; ultraléger et très étroit tout en conservant leur stabilité, ce qui est évidemment indispensable quand on le destine aussi aux pistes de danse, les modèles profilés, débarrassés des arrêtes vives (en vogue par contre dans les soirées goths SM fétichistes où elles sont au contraire affûtées) et équipés de spoilers ont rencontrés un vif succès. La plupart sont aujourd’hui fabriqués en inox (mais beaucoup continuent à lui préférer le bois) afin de résister aux intempéries et aux sucs gastriques, les modèles de luxe possèdent quant à eux airbags et système GPS. On notera avec satisfaction que les rétroviseurs sont maintenant montés en série, par contre, point négatif, les amortisseurs restent en options, un drame pour les parkinsoniens. Enfin signalons à la pointe de la technologie, un déambulateur équipé d’un micro-ordinateur et d’un logiciel capable de reconnaître son vieux à l’odeur, bien pratique en cas d’Alzheimer ; un système qui connaît hélas ses limites en soirée où, c’est bien connu, le/la goth copule à tout va et échange pas mal de choses avec son/sa partenaire, y compris les senteurs fauves de ces nuits torrides.

Voilà pour les considérations d’ordre général, passons maintenant à l’aspect purement artistique. De gros efforts ont été accomplis par les concepteurs afin de satisfaire une clientèle particulièrement exigeante, bien sûr la couleur dominante reste le noir (si tant est que le noir fut une couleur) ; si la tendance chez les jeunes est à l’audace (le rose chez les femmes par exemple) le vieux goth est conservateur et reste attaché aux valeurs qui ont fait l’identité du mouvement, il aura cependant apprécié, dans les tons sombres évidemment, les imitations marbre. Modèle ayant eu les faveurs du public, le « New Rock Generation » au style tapageur et monté sur des caoutchoucs surdimensionnés, démontrant ainsi que si le vieux goth est le gardien des traditions, il se montre capable de porter son regard sur l’avenir, même si ce regard ne porte pas loin, les yeux n’étant plus non plus ce qu’ils étaient. Le modèle « Heavenly » aura ravi plus d’une dame, paré de velours et de soie, la version grand luxe est livrée avec troubadour, le concepteur proposant même une série ultra-limitée avec ceinture de chasteté intégrée (il n’est pas précisé qui garde les clefs !). Le « Gothic rock » reste une valeur sûre, la bonne occasion du salon puisque non content d’être vendue à moitié prix les dix premiers acheteurs se virent offrir en prime un superbe cache-poussière. Relégué dans un coin, le pestiféré « Dark folk », en forme de Svastika, équipé de haut-parleurs intégrés diffusant en boucle le « Horst Wessel Lied », remporta un succès confidentiel. Apprécié des connaisseurs le modèle « Indus » couleur rouille, produisant bruits de ferraille (qui masquent avantageusement le bris incessant des os frappés d’ostéoporose) et laissant échapper des fumées toxiques. La version « EBM », tout en habits de guerre, ne manqua pas d’attirer de nombreux curieux, très apprécié également le « Fetish », bardé de chaînes et aux poignées recouvertes de lames de rasoir. Le « True Gothic » est sûrement le fin du fin pour les amateurs les plus intègres de ce courant underground, vendu avec une corde à utiliser avant le 18 mai de l’année en cours. Mais celui qui incontestablement remporta le plus vif succès fut le fameux « Batcave », son allure débraillée et sauvage, ses toiles d’araignée et colifichets de récup » en firent la vedette de cet évènement, prouvant que finalement le vieux goth, s’il n’a plus toute sa tête, ni toutes ses jambes, conserve le sens de l’humour.

Un salon qui aura attiré son lot de people, tout d’abord Gitane Demone, la diva gothique marraine du salon, plus fardée qu’Yvette Horner, autre reine du cabaret, mais moins à l’aise pour partager le saucisson. Andrew Eldritch qui lorsqu’il comprit qu’il était en France fracassa un déambulateur sur la tête de l’organisateur. Bien sûr Notre président de Notre république était présent, monsieur Jacques Chirac, qui ne manqua pas de tapoter le cul de quelques vieilles gothiques bien en chair. La célèbre chroniqueuse Melmothia se fit remarquer en confondant un déambulateur avec l’armature en acier de la buvette d’où elle couvrait l’évènement. Johnny Rotten exhiba ses fesses, essaya quelques grimaces et vomit sa bière sur un vigile, mais au final ses tentatives de provocation se révélèrent pathétiques, le Sex Pistols nous offrit ce jour-là le Crépuscule des Vieux, ceux qui vécurent la Grande Guerre, celle de 1977… Nostalgie quand tu nous tiens… Nicolas Sarkozy fit évidemment un passage éclair, en campagne électorale et décidé à ratisser très large il arriva vêtu d’un tee-shirt à l’effigie de Marilyn Manson, il ne fit pas dix pas avant de se faire arracher l’objet du délit par une dizaine de pépères, gardiens de la mémoire du mouvement, seul un service d’ordre musclé évita à monsieur Sarkozy les coups de déambulateur. Également présent Nicola Sirkis, visiblement mal aiguillé, puisqu’il était attendu au 25e congrès de pédiatrie, ce qui correspond davantage à son imaginaire et à son public. Cette magnifique journée s’acheva par la mise aux enchères du déambulateur de Robert Smith, les fonds ainsi récoltés étant promis à la rénovation du château d’Otrante.

Le Salon du Déambulateur Alternatif 2006, Brown Jenkin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *