Le Pendule Divinatoire

pendulum-686680_960_720Comment ne pas devenir radiesthésiste

Il y a quelques années, ma mère s’est offert le manuel du parfait petit radiesthésiste. Sans doute parce qu’elle pratiquait déjà la voyance dans les cartes et autres joyeusetés, assez rapidement ses tentatives ont été fructueuses. Non, elle n’a pas trouvé le robinet de la cuisine, bande de mauvaises langues ! D’ailleurs son but était la divination.

Le pendule a en effet cette particularité de servir d’outil à la fois aux sourciers et aux sorciers. Peu importe qui a inauguré le bal et qui a suivi, à l’arrivée tels sont ses deux destins concurrents : divinatoire & radiesthésique.

Le premier versant m’intéresse davantage, bien que les adeptes de la recherche de l’arche perdue dans le deuxième tiroir de droite considèrent l’utilisation de leurs outils à des fins de voyance comme une grave hérésie : Nous, madame, on est sérieux, on discute avec les corpuscules, les ondes et les fréquences, pas de boule de cristal chez nous, ou alors toute petite et à but rotatif.

A force de contempler ma mère faisant tourner la bouboule, encouragée par ses succès et mijotant dans la voyance depuis déjà un bail, j’ai voulu jouer aussi : « môman, montre-moi ! S’teplé ! »

Et c’est ce qu’elle a fait. Quelques litres de sueur plus tard, j’ai dû me résoudre à l’évidence: ce truc ne bougeait pas du tout. S’en est suivi une série de diagnostics sur ma petite personne dignes du docteur Knock: Fluide pas fluide ? Vibrations à gauche, à droite ? dans les trous de nez ?…

J’ai lâché l’affaire pendant près d’un an. Rebelote lorsqu’on m’en a offert un joli, rien qu’à moi, tout en cristal, mignon comme tout mais qui remuait pas plus qu’un légume.

Du temps à passé… Presque dix ans durant lesquels je tentais parfois le coup, pas très convaincue… Bof, rien. Retour au tiroir. Il était communément admis que je n’avais pas de fluide et que « bah, c’est bizarre quand même ».

Jusqu’à ce beau jour où, plongée dans la lecture d’un ouvrage général sur les supports, je suis tombée sur les célèbres camemberts en carton mis au point par les radiesthésistes. Vous savez, ces galettes colorées scindées en tranches vous permettant de choisir la couleur de votre prochaine voiture ou de déterminer magnétiquement si vous avez plutôt mal aux pieds ou la tête alouette. On peut en fabriquer pour tous les genres et pour toutes les prospections.

J’ai jugé le dispositif intéressant et mes neurones se sont mis à chauffer: Alors je pourrais faire comme ça, et comme ça… J’ai laissé mon imagination courir avec la certitude qu’en attrapant le pendule sous cet angle là, ça pourrait le faire.

Au point que j’ai fini par me demander d’où me venait cette conviction. La réponse était toute simple: En toute bonne foi, ma mère avait tenté de m’enseigner la façon de procéder du manuel qui fonctionnait bien pour elle mais pas du tout pour moi. Ça donnait : « fais comme ça, non pas ça… ne bouge pas, pose ton coude comme ça, demande ça au pendule… Là, il devrait se passer ça… s’il tourne comme ça, ça veut dire ça… ».

Or, si dans beaucoup de domaines, écouter les experts et/ou suivre le manuel est profitable, c’est beaucoup moins le cas dans les secteurs qui nous intéressent où il est fondamental de s’approprier les savoirs, voire de les réinventer, ou si vous préférez une métaphore, de faire sa propre cuisine. En fin de compte, chanceux est celui à qui le manuel de chiromancie, invocation des anges ou voyance dans les fissures du plafond, parle dans une langue familière.

J’ai finalement repris l’instrument et me suis mise à l’agiter à ma guise sans tenir compte de ses oui-non-peut-être-reposez moi la question aux calendes grecques, mais en tentant de le « ressentir ». Et là, j’ai commencé à prendre contact avec lui. Il s’est même mis à osciller tout seul comme un grand sur la base d’un vague code dont nous avons convenu. J’ai renvoyé ma mère à sa tarte aux pommes dans la cuisine -vade retro dogmatus ! – quand elle est venue me dire « mais c’est pas comme ça qu’on fait ! ».

*

2. La guerre des ondes

A l’entrée «pendule», l’ouvrage de P. Clermont & P. Colombani sur le Mentalisme nous donne : « Petit objet ou masse suspendue par un fil, tenu par l’expérimentateur. Sa rotation, issue de mouvements non volontaires, traduit nos processus inconscients. Le pendule est utilisé par les géobiologues et radiesthésistes, mais aussi par les voyants sous forme de support divinatoire. » (1)

Le terme « radiesthésie » est commun aux deux approches qui, si elles ont en commun de permettre la découverte ce qui est «caché» (on parle parfois de téléradiesthésie pour qualifier la voyance), reposent en réalité sur des présupposés très différents. Découvrir de l’eau, des minerais, retrouver un objet perdu & voir l’avenir n’est pas exactement la même chose. Cependant, dans l’esprit du grand public, la distinction n’est pas forcément claire et les voyants-pendologues se gardent de faire la mise au point. La sourcellerie ayant meilleure côte que la divination, ils héritent ainsi par contagion du panache de la discipline (qui a dit « scientifique » ?). En d’autres termes: ça fait toujours bien d’utiliser un instrument sérieux même si c’est pour touiller la mayonnaise.

Il convient donc de se rappeler que le pendule est simplement un outil et non une garantie de sérieux, pas plus qu’un objet sacré, magique, ou un grigri. Il est précisément ce que son utilisateur en fait.

D’ailleurs, contrairement aux idées reçues, le pendule ne s’agite pas tout seul. Alors « qui bouge ? » me direz-vous. Eh bien, j’ai un scoop : c’est la main qui bouge. Mais pas la peine de jouer à Thierry la Fronde, ce sont de micro-mouvements inconscients qui mettent le dispositif en branle :

« Il est tentant d’imaginer que le pendule a sa vie propre, qu’il réagit seul aux questions qu’on lui pose… Ce n’est pas tout à fait exact. Un pendule est simplement un amplificateur de mouvement. Il rend visibles les faibles impulsions que donne, à la main, un ressenti inconscient sur une question posée » (2)

A chacun ensuite de décider ce qu’il amplifie, les sourciers vous diront des ondes, les voyants des pensées, les zététiciens diront que dalle. Tout dépend de l’angle théorique que l’on décide d’adopter.

Mais qu’il capte des «ondes», votre inconscient, des messages de l’au-delà ou des émissions de radios, s’il ne se trouve pas une main au bout du pendule, celui-ci ne répondra à aucune question.

*

pendule-1197599_960_720

*

3. Toi oscilles mon fils

Si vous êtes sur le point d’acquérir votre premier pendule, sachez qu’il en existe une infinité de genres sur le marché, des gros, des petits, des métalliques, en bois, en cristal, pointus, longs, ronds, etc. Aucun n’est meilleur ou plus efficace, même si les ouvrages ont tendance à en préconiser tel type pour tel emploi.

D’une façon générale, tout objet qui pendouille au bout d’un fil peut servir de pendule, un bijou, une médaille, Judas – mais c’est plus lourd. On peut même facilement en fabriquer un à sa convenance avec une bague, médaille, pierre, n’importe quoi fixé au bout d’une ficelle.

« La plupart du temps, un premier pendule se choisit en fonction de son esthétique […] il est en effet plus facile pour un débutant de travailler avec un instrument qui lui plait et agréable en main. Cependant, les radiesthésistes professionnels possèdent toute une gamme de pendules, afin de pouvoir choisir celui qui convient le mieux pour chaque recherche, en fonction de ses propriétés et particularités. […] Il est assez simple de confectionner un pendule ; en effet, il suffit de prendre une bague, ou tout autre objet possédant un trou, dans lequel on passe une chaîne, un cheveu, ou encore une cordelette. On obtient donc une masse suspendue au bout d’un fil, qui sera aussi efficace qu’un pendule industriel. » (3)

Comme pour tout support, une phase d’acclimatation sera nécessaire. Il faut lui faire la conversation, le baigner, le langer, le nourrir à la cuillère. Les ouvrages proposent des rituels plus ou moins compliqués consistant à exposer son pendule à la lumière de la lune ou du soleil, aux rayons gammas, à le baigner ou à l’enfumer. Faites-vous plaisir, il y en a pour tous les goûts.

Autre obsession des pendologues : la purification. Là aussi, on trouve toutes sortes de procédés des plus simple aux plus sophistiqués. A chacun de procéder selon ses convictions et croyances. Ma mésaventure plus haut devrait vous convaincre de cette nécessité de personnaliser votre approche.

Enfin, certains auteurs préconisent de lui donner un nom – personnellement, j’avais opté pour Dudule.

Une fois qu’on a bien promené, nettoyé et pommadé son pendule, on peut commencer à lui parler, mais pour cela il faut une langue commune. Traditionnellement des significations sont attribuées à chacun des mouvements. On vous dira que le «oui» est comme ça, que le «non» vibre latéralement ou dans le frigo.

Heureusement, une majorité d’ouvrages, plus charitable suggère au praticien d’établir une convention avec son pendule ou, mieux encore, de lui demander directement son code.

Pour cela, on s’assoit confortablement et on respire.

La meilleure façon de tenir un pendule est de pincer l’extrémité ou le milieu de la chaînette entre le pouce et l’index, en conservant l’avant-bras parallèle à la table, mais si la position vous semble inconfortable, n’hésitez pas à poser votre coude. L’essentiel est que la main qui tient le pendule reste souple et légère et que vous ne soyez pas contractés. Il ne faut pas que la chaînette ou la ficelle soit trop longue ni trop courte, à vous de trouver votre point d’équilibre.

Une façon classique de procéder consiste à demander à Dudule : « dis-moi OUI » et d’attendre qu’il veuille bien se mettre à bouger.

On recommence avec « dis- moi NON », etc.

« Certains lancent leur pendule en oscillation ou en rotation avant de poser une question, afin d’obtenir une réponse plus rapidement ; d’autres préfèrent le laisser immobile. Créez un vide mental, pour éviter tout risque d’influence involontaire de votre part ou de l’autosuggestion. Puis, formulez votre question mentalement, ou a voix haute au début si cela peut vous aider à formaliser votre volonté, en prenant soin de choisir une formulation simple (décomposez la en plusieurs autres si nécessaire) » (4)

Il peut être nécessaire de renouveler plusieurs fois l’opération pour confirmer le code, mais évitez de faire l’aïoli un après-midi entier dans votre salon.

On accorde généralement au pendule six types de mouvements :

Rotation horaire

Rotation anti-horaire

Oscillation simple de droite à gauche

Oscillation simple d’avant en arrière

Rotation oblique vers la droite

Rotation oblique vers la gauche

Les rotations et oscillations correspondront, selon les codes que vous aurez établis, à des réponses de type: oui/ oui très prononcé/ non/ non très prononcé/ refus de répondre, etc.

Concernant cette dernière éventualité, si le pendule dit « non merci », ce n’est pas forcément qu’il boude. La réponse «neutre» signifie plutôt qu’il convient de reformuler plus précisément la question ou de la reposer plus tard. Il est également possible que le pendule ne veuille pas ou ne puisse pas répondre à votre interrogation.

L’outil ne sachant a priori répondre qu’à des questions fermées (oui/non), beaucoup de praticiens ne l’utilisent que pour confirmer ou infirmer des prédictions obtenues grâce à d’autres supports comme les cartes pour éviter les réponses déroutantes. Quel sera le prénom de mon futur mari ? Peut-être.

Il est cependant possible d’élargir le vocabulaire de Dudule. Les camemberts en carton que nous évoquions plus haut sont là pour ça, de même que les grilles, les cartes, etc. On parle alors plus volontiers de radiesthésie pendulaire, même si le terme contribue à maintenir la confusion entre les chercheurs d’eau et les chercheurs d’avenir.

« Il existe deux méthodes pour pratiquer le pendule. L’une d’elles consiste à poser une question et à en attendre une réponse « intelligente », c’est à dire ‘oui’, ‘non’ ou ‘réponse inconnue’. […] L’autre méthode, plus simple, ne prend en compte que la réaction du pendule, sans souci du sens de balancement ou de giration. C’est de la radiesthésie pendulaire. Le système consiste à promener le pendule au dessus de témoins, d’une carte géographique, d’une graduation, etc. jusqu’à ce qu’il réagisse au dessus de l’un des éléments. » (5)

Il est enfin possible de se servir du pendule plus ou moins comme d’une boule de cristal. Dans ce cas, ce sont les oscillations qui permettent un état de relaxation/auto-hypnose/concentration nécessaire à la voyance. Je ne serai jamais radiesthésiste ni pendologue puisqu’après quelques expériences, c’est l’option qui s’est imposée à moi, mais la bouboule au bout du fil me fait la conversation et ça peut encore évoluer. Merci Dudule.

Le Pendule Divinatoire, Melmothia 2007

Notes : 

(1) Extrait du lexique de l’ouvrage Mentalisme, ces pouvoirs que nous avons tous, Pascal de Clermont et Pascal Colombani, 2003.

(2) Extrait du site Joelle Voyance.

(3) & (4) Extraits du site Lux Sanctuary.

(5) Extrait du site Esopole.

Commentaires 15

  • Salut j’ai lu l’article et sérieusement c’est drôle. Mais je comprends pas trop la façon que tu a fait fonctionné dudule.

  • Bonjour,

    Eh bien… Pas ‘en radiesthésie’… En tous cas, pas de façon orthodoxe. Je l’ai fait osciller doucement, volontairement, sans idée préconçue sur ‘ce qu’il devait se passer’ ou la façon dont il était ‘sensé’ répondre (c’est-à-dire sans me crisper sur une attente particulière). Mon idée était seulement : « bon, je vais voir ce que je peux faire avec ce truc, quitte à inventer une nouvelle technique ». Au bout d’un moment, j’ai ressenti une sorte de ‘présence’ magnétique tirant dans ma main. Cette ‘présence magnétique’ a pris de l’épaisseur, me soufflant des réponses ou des tendances sous la forme de ressentis, un peu dans le genre du jeu « tu chauffes » ou « c’est froid ». Ensuite, j’ai enchaîné sur de la voyance « classique » grâce à la concentration obtenue en fixant le mouvement – léger état d’auto-hypnose. Bref, c’est de la cuisine – ce qui fonctionne encore le mieux dans ce domaine. Je ne sais pas si cette réponse est éclairante…
    Je compte retravailler prochainement avec Dudule 2 (son cousin :D). Si ça donne quelque chose, je viendrai en papoter en espérant être capable de m’expliquer plus précisément. Dans tous les cas, la fixation du pendule est un bon moyen de concentration « douce », c’est apaisant et inspirant. Idéal pour se mettre dans un état favorable à la voyance.

  • ah mais c’est super dudule deux est-ce que tu l,a choisi ou on te l’a offert, parce que a vrai dire on m’a dit que un pendule quand on en a un on doit le choisir nous même. Puisque un pendule cest un récepteur de notre énergie. Ce que je veux dire c’est que nos yeux convoitent plus un pendule qu’un autre, car c’est la que ton énergie sera confinée. Enfin c’est peut-être un peu ésotérique ce que je dis, mais c’est ce qu’on m’a dit (JE SUIS vraiment pas calée en radiesthésie. ) AH mais c,est super tout de même j’attend des nouvelle de dudule 2! 🙂

  • En ce qui me concerne, j’aime bien tripoter ce genre d’objet avant de l’acheter, mais chacun a sa façon de procéder. Concernant Dudule2, eh bien il faudrait que je commence par remettre la main dessus – je soupçonne le chat : )

  • Bonsoir!
    J’adore ton texte!!!Je suis tombée dessus par hasard,enfin…le hasard n’existe pas vraiment…
    J’ai aussi un « Dudule » depuis pas mal d’année,que j’avais très peu utilisé,je m’intéressais à pas mal de choses en même temps,du coup je m’éparpillais un peu,puis vu mes résultats,je n’ai pas trop creusé l’affaire…ça remonte à au moins 10 ans…
    Le mois dernier,mon père a eu un très grave problème de santé,et c’est alors que me posant pas mal de questions sur son devenir,j’ai entrepris de reprendre mon pendule,que j’ai retravaillé sur la photo de mon papa.Quelle ne fût pas ma surprise!!J’ai eu des réponses claires,nettes,précises et…vérifiées(!),ma foi sans trop d’effort pour se ré-apprivoiser l’un et l’autre finalement…Alors je te rejoins quand tu dis que finalement,il appartient à chacun de trouver son propre langage ou sa propre façon de faire avec son pendule,tant que l’affinité primordiale est là.
    A la base,je pratique la cartomancie et le magnétisme,et j’encourage tous ceux qui font de même à se servir du pendule comme complément,c’est vraiment super.
    Bon courage pour « Dudule 2 » mais je ne doute pas que tu obtiennes des résltats,quand le chat te l’aura rendu(!!)

  • Bonjour,

    Haaa ! Du sérieux sans austérité, que ça fait du bien ! Enfin un site où je me retrouve. Bravo pour l’humour, c’est un régal à lire ! Oui, tu as 1000 fois raisons – il n’y a pas de méthode à suivre mais il y a SA méthode à trouver. Mais je crois également que les choses arrivent en temps et en heure… Quand elles doivent. Pour ma part, je suis tarologue et j’utilise le pendule aussi, mais il y a des moments où ça ne fonctionne pas. Je pense que ce ne sont ni les cartes ni le pendule qui boudent, mais qu’il y a des moments où l’on est réceptif et d’autres où on l’est moins (où on a moins envie de l’être ?), et que dans ces cas là, rien ne sert d’insister.

    En tous cas merci pour cette lecture, et des caresses au chat-kidnappeur-de-pendule.

  • Bonjour,

    Ton expérience est vraiment intéressante.

    Je voudrais justement me lancer dans l’utilisation du pendule et de la cartomancie mais je suis complètement novice !

    As tu conseils pour débuter :
    – de quelle manière ?
    – y a t il un ordre ?

    J’habite sur Bordeaux ; connais tu par hasard quelqu’un sur ce secteur qui pourrait me conseiller ?

    Merci d’avance pour tes réponses.

  • Merci pour le commentaire. Non, désolée, je ne connais personne sur Bordeaux. Concernant les cartes, j’ai mis un résumé de méthode par ici : http://www.melmothia.net/1717/initiation-a-la-voyance/. D’une façon générale : mon seul conseil : écoute-toi et fais-toi confiance.

  • bonjour à tous, je suis comme laurent exactement dans la même situation. et j’ai rigolé ( pour le kidnapeur de dudule ) .
    hier j’ai essayé avec une médaille et ma chaîne et mon chat était monté sur la table en voyant la chaîne tournée . ça m’a déconcentré.
    ne jamais faire ça en présence des kidnapeurs de dudule mdr .
    très intéressant le site . bravo !!!

  • salut j ai trouver pas le debut de ton texte car j ai pas tout lut. mais j ai une question, comment on « aprivoise » son pendule merci de me repondre.

  • Salut Mel. Comment va ?

    J’adore toujours autant ta manière d’écrire.
    Arrêtons les flatteries pour passer aux choses sérieuses.

    Je ne m’attarderai pas sur ton article qui sonne juste.
    Par contre, concernant la fabrication de cet outil, j’ai tenté l’aventure il y a quelques jours.

    Le mot « aventure » est justifié.

    En effet, je me suis procuré de la pâte à modeler autodurcissante et de la pâte à cuire au four traditionnel.

    Je mets en forme mon petit objet dans lequel j’introduis un fil de fer qui, au sommet fera également office de boucle.

    Après la mise en forme, passons au soin esthétique. Il faut l’avouer, au premier essai ça ne ressemble à rien. Enfin si, mais pas à un pendule, disons que c’est de l’art contemporain.

    Bref, je termine l’objet (après 48h de séchage à l’air libre) en le polissant joyeusement avent de le teinter avec une jolie peinture noire (Peinture qui a aussi servi à repeindre ma housse de canapé. Ca augmente « légèrement le coût de fabrication)

    Tout ça pour dire quoi ?
    Un constat, l’achat d’un pendule industriel est une arme contre votre pouvoir d’achat. Et voir après des heures de labeur acharné, votre propre pendule osciller avec conviction, le mérite s’en trouve immédiatement rehaussé.

    Non pas que l’objet titille agréablement le regard mais au moins on peut vociférer 2 choses :

    « C’est moi qui l’ai fait »
    et
    « Mais mais….ça fonctionne »

    Ciao ciao
    Mes amitiés

    Désolé pour dudule.

  • Bonjour Melmothia. J’ai adoré ton article pour de multiples raisons ! L’humour, le ton enjoué et humble, et surtout la démystification du pendule. J’y ai retrouvé des questionnements et conclusions personnelles.

    Je me permets de te « featurer » fin Décembre si cela ne te dérange pas (te faire apparaître sur mon site, avec nom et lien vers l’article original)

  • Merci beaucoup pour ce commentaire 🙂

  • […] ce superbe article de Melmothia qui raconte son expérience avec le pendule et contribue à détruire certains mythes autour du […]

  • Bonjour,

    Tous vos messages convergent sur ce que j’éprouve depuis un paquet d’années.
    Et, j’avoue que ce trait de « plume » allègent bien efficacement le sérieux du maniement et des croyances du pendule, et moi, ça m’arrange !
    Le pendule est devenu « mon ami », et il se passe pas une journée sans que l’on discute tous les deux.
    J’avoue qu’au premier abord, cela fait bizarre, mais ma foi, je m’y suis habituée, et je me sens plutôt bien depuis que nous sommes « ensembles ».
    Cela faisait des années(2007) que nous étions des inconnus l’un vers l’autre, et subitement, quand mon subconscient a été en ébullition, et que je ne saisissais rien à ce qui « m’arrivait », et que la vie de tous les jours était pas aussi facile que je l’imaginait… J’ai été frappée par la vision de mon pendule… Cela a été d’une évidence extraordinaire !
    Il ne m’a pas fallu longtemps pour « le dépoussiérer » : il m’a guidé afin que nous nous mettions d’accord sur le « oui, non, je ne sais pas, je ne réponds pas »
    C’est un véritable guide qui m’aide, avec les cartes, à ne pas être trop surprise en ce qui concerne les aléas de la vie.
    Il y a toutefois quelques petits trucs que je ne m’explique pas tout à fait…
    J’ai fait « rencontrer » mon pendule à un amis qui se croit « envoûté ». Nous avons « discuté » tous les trois, et après moultes recherches sur son « moi » intérieur, nous avons pu constater que l’éventuel guide de mon ami souhaitait rentrer en contact, urgemment avec mon ami… Il s’agit d’un de ses ancêtres hommes. Quand mon guide par l’intermédiaire de mon pendule nous a mis sur la bonne voie, ce dernier « s’est tu », il ne « nous disais » plus rien au sujet de cet ancêtre : pourquoi ?
    Cela ne regardait plus mon pendule et moi ? Il faut, comme je l’ai conseillé à mon ami, « qu’ils se rencontrent ».
    Est-ce que le fait d’avoir « trouvé » le lien entre ses deux êtres suffisaient pour mon pendule, et que le reste de la « discussion » ne nous concernait plus ?
    J’avoue que l’endroit de notre séance était bardée d’ondes !
    Pour confirmer notre recherche et son devenir, je lui ai tiré les cartes.
    Il n’y a pas eu de surprise : les réponses à ses questions étaient les mêmes…
    Est ce que vous pouvez éclairer ma petite lanterne sur ce qui s’est passé ?
    Bien à vous.
    Nadette62

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *