Saint Drôme, priez pour nous

Par Endemoniada

Vos valises sont bouclées ? Vous êtes certains de n’avoir rien oublié, chemises à fleurs pare-balles, camescope, préservatifs et lotion anti-moustiques, tout y est ? Eh bien non, soyez conscients qu’il vous manquera toujours un accessoire indispensable pour aller visiter les lieux saints : Le pragmatisme.

Cette année, pour vos vacances en famille, vous avez explosé votre plan épargne en vous offrant un séjour à Jérusalem. Depuis votre plus tendre enfance, l’abbé Cassine, le saint homme qui vous a successivement baptisé, tripoté, catéchisé, confirmé puis marié, vous inonde de récits mettant en scène des barbus hirsutes qui se drapent dans les rideaux du temple. Courbant l’échine sous le poids de ce pharaonique bagage culturel, vous avez décidé d’aller vérifier sur place si ça vaut la peine que cette région empêche ses voisins de dormir en organisant des surboums arrosées de cocktails molotov.

Dans vos tongues de pélerin, vous regrettez déjà l’air climatisé de votre lieu de résidence et la lecture de Sport-Auto car vous voilà encerclé par une nuée de touristes occupés à se plaindre de la hausse du cours du Shekhel face au mur des lamentations.

Pendant que Kevin et Jennifer, les fruits de vos noyaux, prennent les paris pour savoir lequel des pratiquants montrant trop de ferveur finira par se fracturer l’arcade sourcilière contre les pierres sacrées, vous réprimandez Ryan, le petit dernier qui se prend pour Samson en s’arc-boutant dangereusement contre les guirlandes d’un rabin. Dans une échoppe, Mauricette, votre épouse qui possède un sens aigu du commerce oriental vient de se faire refiler une palette de figurines de Salomon trônant dans des boules à neige pour une modique somme correspondant à votre salaire annuel.

Alors que ces instants revêtent tous les attributs du bonheur, un ennemi bien plus sournois que la crise de nerfs vous guette : Le syndrome de Jérusalem.

Le Docteur Yaïr Bar-El, actuellement responsable des services psychiatriques auprès du Ministère de la santé israélien est le premier à avoir identifié cette pathologie. D’après une étude réalisée dans des hôpitaux hiérosymilitains, 470 cas sérieux ont été recensés sur une période s’étalant sur un peu plus de 10 ans.

Bien que la plupart des sujets atteints ait été des adeptes du christianisme ou du judaïsme, une proportion non négligeable de porteurs du syndrome se déclarait profondément athée. Les symptômes de ce trouble psychologique varient du simple délire mystique à la certitude que l’on est un protagoniste central dans la trame de l’histoire biblique. Les uns se parent de déguisements antédiluviens et prétendent être un prophète, d’autres sont en communication directe avec le divin qui leur délivre un message, on en trouve même qui cherchent à sacrifier une vache rousse pour satisfaire les exigences d’un rituel décrit dans le chapitre XIX du livre des Nombres.

Si après une brève période d’hospitalisation dans un service psychiatrique où l’on administre aux patients un traitement à base d’anxiolitiques et de pragmatisme, une grande majorité des personnes atteintes par ce syndrome reprend rapidement pied dans la réalité, cependant, on observe certains cas extrêmes où le sujet demeure persuadé de l’existence réelle de la divine mission dont il est investi.

Ceux qui guérissent éprouvent par la suite honte et remords et arrivent difficilement à s’exprimer sur les raisons qui les ont poussés à se prendre pour Rabbi Jacob, ils retournent alors à leur quotidien sans jamais récidiver dans leur délire.

Il est à noter que des pathologies similaires ont été diagnostiquées chez des touristes, les plus connues sont le syndrome de Notre-Dame ou celui de Stendhal. Dans ce dernier cas, le sujet perd le contact avec la réalité pour devenir la proie d’hallucinations, de troubles du rythme cardiaque et de crises d’angoisse après avoir été exposé à une pléthore de chefs-d’œuvre.

© Endemoniada 2007

Article réalisé sur la base d’une publication du ministère israélien des affaires étrangères (Site internet Tehila, The governmental ISP).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *